Bourse de James Cook University pour les étudiants européens postulant via Francaustralia

Nous avons le plaisir de vous annoncer que James Cook University offre des bourses adressées à tous les étudiants européens uniquement qui postuleraient via nos services pour les programmes suivants : 
 

Notez que James Cook University est extrêmement réputée dans le monde entier pour ses cursus en biologie marine.

N’hésitez pas à nous envoyer une demande de contact pour plus d’infos en cliquant ici !!

Top 50 des meilleures villes étudiantes du monde

Le célèbre QS Best student cities 2017 a été publié il y a quelques jours, et nous retrouvons dans les top 50 huit villes australiennes, néo-zélandaises et asiatiques que nous vous proposons pour vos études à l’étranger ! Le classement QS se base sur plusieurs indicateurs dont le niveau académique, la population étudiante et les infrastructures scolaires, l’attractivité des villes pour les étudiants, le marché de l’emploi ainsi que le coût de la vie et des études sur place.

5e : Melbourne

13e : Sydney

14e : Singapour

20e : Brisbane

28e : Auckland

41e : Kuala Lumpur

44e : Adélaïde

50e : Perth

Retrouvez la liste complète du classement en cliquant ici.

Nicolas (Griffith University) : il poursuit ses études à la Toulouse School of Economics et envisage de repartir à l’étranger

Nicolas a étudié pendant deux semestres sur le campus de Brisbane de Griffith University en 2014-2015. A son retour en France il a pu intégrer la Toulouse School of Economics grâce à son très bon niveau d’anglais et envisage de repartir à l’étranger.

> Quand êtes-vous parti en Australie et quel cursus avez-vous suivi sur place ?
Je suis parti le 5 septembre 2014 à Brisbane pour une année d’études à Griffith University. J’ai suivi les 5 premières semaines un cours d’anglais de niveau moyen, ce qui m’a permis d’accéder au pré-DEP course durant 5 autres semaines et ensuite d’intégrer le «DEP class» pour les 5 dernières semaines (qui constitue la préparation intégrée pour pouvoir étudier à l’université en ayant le niveau de langue requis ainsi que les compétences uniques et la méthode de travail qu’il faut acquérir dans les universités du monde anglo-saxon).

> Pourquoi l’Australie, pourquoi Brisbane et pourquoi Griffith University ?
L’Australie principalement car ce pays représentait un rêve d’enfance pour moi, et Brisbane car, étant la 3ème ville d’Australie en terme de population, me semblait être un bon compromis entre une ville dynamique et une mégalopole mondiale (Sydney ou Melbourne). Il s’est avéré que le choix de la ville a été la première grande satisfaction. En effet, pour avoir visité Sydney et Melbourne par la suite, je recommande à tout le monde la qualité de vie de Brisbane, ainsi que l’atmosphère spécial qui y règne. C’est bien plus atypique et représentatif de la vie à l’australienne selon moi. Griffith est une université unique au cœur d’une nature sauvage, un endroit privilégié pour étudier dans une sérénité et un calme incroyable.

> Qu’avez-vous pensé des cours suivis et de l’enseignement à Griffith University ?
Les cours, que ce soit de langue anglaise ou bien les cours spécialisés durant le cursus d’étudiant, ont été très enrichissants et les professeurs d’une aide et d’une gentillesse incomparable. Les professeurs sont très compétents, toujours là pour vous aider et pour vous tirer vers le haut.

> Qu’en est-il de l’accompagnement aux étudiants étrangers et des services offerts par l’université ?
Les professeurs feront bien plus que leur métier de professeur et aident les étudiants étrangers dans leur vie en Australie. Si l’on rencontre une quelconque difficulté, il est possible de leur parler et ces professeurs seront là pour nous aider. De plus, les universités australiennes, dont Griffith bien sûr, sont quasiment des villes où tout les services ou presque sont disponibles (restaurants, bibliothèque, coiffeur, agence de voyage). Donc cela est très pratique et le sentiment qui prédomine est que tout est fait pour que les étudiants soient à l’aise dans leur vie à l’université.

> Quel a été la suite de votre parcours ? Que faites-vous aujourd’hui ?
À la suite de mon année en Australie, j’ai intégré la Toulouse School of Economics qui nécessitait un niveau d’anglais très exigeant. C’est pourquoi le niveau d’anglais acquis en Australie a été un réel avantage pour moi et m’a permis de valider mon année avec succès. Aujourd’hui j’ai intégré l’IAE de Toulouse, une école publique de management, où la dimension internationale est encore plus présente. Mon prochain objectif est de partir dans un pays hispanique l’année prochaine, pour me perfectionner en espagnol. Cela est devenu possible grâce à l’ouverture d’esprit que m’a également permise mon aventure en Australie.

> Avez-vous des conseils à donner à ceux qui voudraient aussi partir en Australie ?
Peut-être prévoir son logement avant le départ, un logement fixe et non backpackers, car la gestion des cours en vivant en auberge de jeunesse est assez compliquée.
Autrement, je conseillerais Brisbane. Même si cela reste un avis personnel, je pense que la vie y est vraiment plus qualitative que dans les grandes villes plus connues de ce pays.

> Un petit mot sur Francaustralia ? Quel est l’utilité de nos services à votre avis ?
Francaustralia m’a permis, surtout durant les premiers mois, de pouvoir trouver un appartement, faire les démarches pour le visa, l’université. En outre, les filles du bureau de Brisbane étaient à notre disposition et très généreuses en nous accueillant dans le bureau de la Mary Street où nous pouvions même profiter de la wifi pour régler certaines urgences. Sans oublier l’aide précieuse d’Anne-Sophie préalablement à mon départ pour les relations avec l’université Griffith sur place. Un grand merci à elles, à leur compétence, générosité et tous mes encouragements pour la suite. En espérant un jour, pouvoir retourner à Brisbane leur faire un coucou et leur raconter le chemin parcouru depuis !

Retrouvez le témoignage de Nicolas et ses photos d’Australie au format pdf à ce lien.

 

 

Nouvelle-Zélande : Master of conflict and terrorism studies

Le Master of conflict and terrorism studies de The University of Auckland est un programme d’une durée d’un an qui a pour objectif d’analyser les causes et les conséquences du conflit et du terrorisme et d’explorer des approches pratiques permettant d’empêcher et de résoudre ces questions.

Débouchés du Master : gouvernements, collectivités et organisations internationales, maintien de la paix, développement post-conflit, etc.

Frais de scolarité : environ 32 400$NZ (22 013€ au taux du jour)

The University of Auckland est une université mondialement réputée. Elle est n°1 en Nouvelle-Zélande et a été classée 81e mondiale au QS World University Rankings 2016-2017. De plus, Auckland a été classée au troisième rang des villes les plus agréables à vivre selon le cabinet de conseil Mercer.

Intéressé par ce Master ou par des études en Nouvelle-Zélande en général ? Envoyez-nous une demande de contact en cliquant ici.

Focus sur le Master en e-commerce de James Cook University à Singapour

Le campus singapourien de l’université australienne James Cook University propose un Master très intéressant en e-commerce, qui combine des cours en technologie de l’information, management et business.

Il est accessible aux personnes titulaires d’une Licence dans n’importe quel domaine d’études souhaitant développer de nouvelles compétences et possédant un IELTS de 6.5 (une remise à niveau d’anglais dans le centre de langues de l’université est aussi possible).

Notez que de façon générale les Masters de ce genre sont peu courants en Australie, et encore moins à Singapour, c’est donc une opportunité à ne pas manquer !

Durée du Master : 16 mois

Rentrées possibles : mars, juillet et novembre

Frais de scolarité : 47 936 $S (31 855 € au taux du jour)

Plus d’infos sur James Cook University Singapour en cliquant ici !

Si vous êtes intéressé par ce Master n’hésitez pas à nous envoyer une demande de contact.

Maximilien (Bond University) : il est directeur d’un organisme de formation à Sydney

Maximilien est parti suivre un Master of Project Management à Bond University (Gold Coast) en 2008. Il travaille aujourd’hui à Sydney comme directeur d’un organisme de formation spécialisé dans la gestion de projets.

> Quelles études avez-vous suivies en Australie ?
Je suis parti faire un Master of Project Management à Bond University, sur la Gold Coast, en 2008.

> Pourquoi avez-vous choisi Bond University ?
Bond University offrait le Master que je recherchais et m’offrait la possibilité de commencer les cours en janvier (au lieu de février ou juillet pour les autres universités)

> Qu’avez-vous pensé du système d’enseignement anglophone ?
Je n’en retire que du positif : proximité avec le corps enseignant et classes de petites tailles.

> Est-ce que vous avez aimé vivre sur la Gold Coast ?
J’ai adoré ! Le mode de vie y est incroyable (plage, soleil, etc.)

> Que faites-vous aujourd’hui ?
Je vis toujours en Australie. Je travaille en tant que managing director à IIL Australia à Sydney, un organisme de formation spécialisé dans la gestion de projets.

> Qu’est-ce que votre expérience en Australie vous a apporté professionnellement et personnellement ?
Beaucoup de contacts et des opportunités professionnelles : j’ai eu la chance de travailler en tant que chef de projet dans les énergies renouvelables sur la Gold Coast après avoir obtenu mon diplôme à Bond. Et j’ai, évidemment, beaucoup « grandi » personnellement.

> Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Australie et plus particulièrement à Bond University vous a démarqué des autres candidats pour trouver un poste ?
Oui – j’ai eu beaucoup de chance car un de mes professeurs m’a présenté à mon futur employeur. De plus, Bond University a une très bonne réputation en Australie.

> Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Australie ?
Il ne faut pas avoir peur de le faire, il faut foncer. C’est une super expérience de vie.

> Un petit mot sur Francaustralia ?
L’équipe de Francaustralia a été super et m’a permis d’accélérer les démarches pour être accepté au sein de Bond University.

 

Retrouvez le témoignage de Maximilien avec ses photos d’Australie au format pdf en cliquant ICI.

Focus sur le Master of Animation and Visualisation à UTS (Sydney)

Le Master of Animation and Visualisation de University of Technology Sydney a été conçu en collaboration avec Animal Logic, l’une des plus grosses entreprises d’effets spéciaux au monde (Matrix, X-Men, The Lego Movie, etc.).

Ce programme ne requiert pas d’avoir une Licence en informatique ou en design mais requiert un portfolio (plus de détails en cliquant ici).

Ce Master sur un an est donc l’idéal pour un étudiant qui a suivi des études dans un autre cursus et souhaite se réorienter ou développer des compétences complémentaires, tout en ayant un réel goût personnel pour le design ou l’informatique.

Les industries créatives représentent aujourd’hui plus de 45 milliards pour l’économie australienne. Ce Master répond à réel besoin en Australie de professionnels dans ce domaine.

Pour plus d’infos sur ce programme n’hésitez pas à faire une demande de contact avec une conseillère Francaustralia à ce lien.

University of Newcastle et University of Tasmania dans le top 50 mondial des universités éco-friendly

Le classement mondial Green Metric World University Ranking a été créé par une équipe pluridisciplinaire de l’Universitas Indonesia (université d’État de Jakarta, en Indonésie) dans le but de mesurer l’importance accordée au développement durable dans les universités du monde entier. Les principaux critères sont la consommation d’énergie et d’eau, la gestion des déchets ainsi que l’éducation et la sensibilisation aux questions environnementales.

Les deux universités australiennes à avoir participé à ce classement sont University of Newcastle et University of Tasmania, qui ont été respectivement été classées 24e et 42e sur un total de 516 universités réparties dans 74 pays.

Pour plus d’infos sur University of Newcastle, située à environ 2h de route de Sydney : cliquez ici ; et pour University of Tasmania, située sur l’éblouissante île de Tasmanie, rendez-vous ici.

Expo de l’artiste australienne Mel O’Callaghan au Palais de Tokyo

Mel O’Callaghan est née en 1975 à Sydney et vit à Paris depuis 2007.  Mêlant sculpture, performance et vidéo, son expositon « Dangerous on-the-way » entend donner une expérience d’un état physique et mental « hors de soi ».

Pour préparer cette exposition, Mel O’Callaghan s’est rendue sur l’île de Bornéo pour assister à la récolte traditionnel des nids d’oiseaux réalisé par les populations locales, à plus de 120 mètres de haut.

Plus d’informations sur l’artiste sur son site internet : http://www.melocallaghan.com/

Infos pratiques :

Du 3 février au 8 mai 2017 au Palais de Tokyo de Paris, de midi à minuit, tous les jours sauf le mardi.

Performance dans le cadre de l’exposition les lundis, mercredis, jeudis et vendredis à 19 h 30 / samedis et dimanches à 14h et 17h.

Rencontre exceptionnelle avec l’artiste le 10 février à 19h.