Margaux (Monash University à Kuala Lumpur) : elle vit à Bangkok et est consultante en business development

Margaux a passé 2 semestres à Monash University, sur le campus de Kuala Lumpur en Malaisie. Après ses études, elle a poursuivi sa carrière en Asie.

Quelles études avez-vous suivies en Malaisie ? Et en quelle année ?
J’ai été étudiante en business à Monash pendant deux semestres de Juillet 2013 à Juin 2014.

Pourquoi aviez-vous choisi Monash University ? Avez-vous été satisfaite de l’université et du programme suivi ?
J’ai choisi Monash University de part sa réputation académique ainsi que sa localisation géographique. En effet je voulais étudier en Asie dans une université prestigieuse. Les cours m’ont satisfait, mon seul regret est de ne pas avoir pu les choisir comme mon école s’étaient chargée de les déterminer à ma place.

Qu’avez-vous pensé du système d’enseignement anglophone par rapport au système français ?
Le système est assez différent et donne une autre approche d’apprentissage et de compréhension du contenu du cours. Les élèves sont beaucoup plus voués à eux-mêmes comparé au système des business schools françaises. Je pense qu’avoir une autre expérience est très enrichissant tant au niveau personnel que scolaire.

Que faites-vous aujourd’hui ?
Aujourd’hui je m’occupe du Business Development pour le marché thaïlandais pour DRVR une start up créée par des australiens, le CEO a été à Monash University, Clayton. C’est une entreprise SaaS très intéressante et innovante qui est basée sur l’IoT et le Big Data Analytics pour tout ce qui concerne le fleet management en Asie du Sud-Est, nous avons des bureaux à Bangkok et Yangon. Nous avons été élus meilleure start up 2015 en Thaïlande par Google.

Pourquoi avez-vous choisi de vivre à Bangkok ?
Après Monash University j’ai effectué un semestre d’échange à Yonsei University, Séoul, lors de mon Master 1. Par conséquent mon CV était devenu assez asiatique du coup j’ai décidé de continuer mes expériences en Asie du Sud-Est et de me diriger vers Bangkok. J’ai effectué un stage de 6 mois chez Rabbit Internet qui a été crée par des anciens de Rocket Internet et qui reprend le même business model.

Qu’est-ce que votre expérience en Malaisie vous a apporté professionnellement et personnellement ?
Je dirais que mon expérience en Malaisie a été extrêmement enrichissante tant au niveau personnel que professionnel. En effet cela m’a permis de voyager pendant 4 mois en sac à dos en Asie du Sud-Est entre les deux semestres et de mieux comprendre le continent. J’ai rencontré des personnes incroyables qui viennent des quatre coins de la planète à Kuala Lumpur, je suis même retournée 3 fois en Malaisie suivant l’année de mon départ. Je pense que sans Monash University sur mon CV je n’en serais pas là où je suis actuellement, cette université est très réputée et m’a ouverte de nombreuses portes.

Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Asie vous a démarquée des autres candidats pour trouver un poste ?
Je suis certaine que le fait d’avoir étudier en Asie m’a aidée à me démarquer des autres candidats. Je pense que cela montre de plus grandes qualités d’adaptation et d’autonomie que d’avoir eu une expérience en Europe, Etats-Unis ou Australie par exemple. La culture n’est pas du tout la même, c’est beaucoup plus challengeant et intéressant.

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Asie ?
S’ils veulent que leur expérience en Asie ait vraiment un sens, je pense qu’effectuer qu’un échange n’est pas suffisant. Il faut consolider par un stage ou un échange long pour que l’expérience soit significative et qu’ils se démarquent des autres candidats. Par ailleurs, bien connaître la région de part les voyages est aussi un énorme atout.
Et si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Je le referai sans hésiter une seule seconde.

 

Téléchargez ce témoignage au format pdf sur ce lien.

 

margaux-audetmargaux-audet2

Témoignage de Gwénola (Melbourne Polytechnic) : Associate Degree of Veterinary Nursing

Après 2 visas vacances-travail, Gwenola, tombée sous le charme de l’Australie, obtient en 2015 un visa étudiant pour suivre un Associate Degree of Veterinary Nursing. Future infirmière vétérinaire, Gwenola nous livre son témoignage étudiant sur sa formation professionnelle à Melbourne Polytechnic.

> Quand êtes-vous arrivée à Melbourne ?

Je suis arrivée en Australie en mai 2013 avec un WHV et à Melbourne en août où j’ai travaillé pendant 6 mois avant de finir de voyager autour du pays. Je suis revenue en France pour quelques mois avant de retourner en Australie en octobre 2014 avec un deuxième WHV. J’ai décidé dans le courant 2014-2015 de rester en Australie pour étudier, j’ai obtenu mon visa étudiant en mi-2015.

> Sur quels critères avez-vous choisi Melbourne Polytechnic ?

J’ai choisi Melbourne Polytechnic car je souhaitais rester sur Melbourne et qu’ils proposent un cours que je souhaitais suivre.

> Quel programme suivez-vous en ce moment ? Quels sont les points forts de ce programme ? Et les points faibles ?

Je suis un ‘Associate degree’ en infirmière vétérinaire. Les points forts de ce cours sont la journée de stage que nous avons chaque semaine dans une clinique pour mettre en pratique ce que l’on apprend en classe et une équipe pédagogique très encadrante. Le point faible est la quantité de travail en dehors des cours qui demande beaucoup de temps et laisse peu de temps libre mais c’est un mal pour un bien !

> L’Université offre-t-elle du soutien aux étudiants internationaux ?

Oui, il y a beaucoup de soutien pour les internationaux. Une association étudiante organise des activités dont certaines sont uniquement pour les internationaux.

> Les examens sont-ils difficiles ?

Oui et non, mon cours n’a pas d’examen final mais nous sommes notés tout au long de l’année avec des tests pratique, des tests en classe et des devoirs maison. La difficulté est la quantité de tests et de gérer le temps correctement.

> Qu’est-ce que vous préférez à Melbourne ?

Melbourne est une ville multiculturelle, vivante et agréable à visiter. La météo en hiver n’est pas son atout mais ces qualités surpassent ce défaut.

> Qu’est-ce qui vous plaît moins ?

La pluie 🙂 Plus sérieusement, il y a rien qui me déplaise vraiment à Melbourne.

> Avez-vous eu des moment difficiles ?

Les moments quand on a besoin de sa famille et amis sont les plus difficiles. Le décalage horaire rend difficile les échanges en direct.

> Avez-vous trouvé un job étudiant sur place ?

Oui. Je travaille dans un élevage de chevaux et actuellement je recherche un travail dans une clinique vétérinaire.

> Quels conseils donneriez-vous à un étudiant qui souhaite partir ?

Ne te décourage pas lors des moments difficiles, les bons moment et l’expérience sont les récompenses.

> Quelle aide avez-vous reçu de la part de Francaustralia ?

Francaustralia s’est occupé de toutes les démarches administratives, c’est beaucoup moins stressant avec des personnes compétentes qui connaissent les démarches.

> Est-ce que nos services vous ont été utiles ?

Oui, très utiles. Francaustralia facilite le processus d’inscription et offre une aide lors des recherches et pendant les études.

 

Témoignage téléchargeable en pdf ici.

gwenola-j-asso-deg-vet-nurs gwenola-j-asso-deg-vet-nurs2

Témoignage de Laura (University of Melbourne) : Master of Laws (LLM)

Laura suit un LLM ou Master of Laws, dans la prestigieuse University of Melbourne. Découvrez les raisons qui ont motivé son choix de programme et d’établissement et ses conseils pour étudier en Australie.

> Quand êtes-vous arrivée en Australie ?

Je suis arrivée en Australie en janvier 2016 pour la rentrée universitaire de février.

> Sur quels critères avez-vous choisi University of Melbourne ?

J’ai choisi de postuler à l’Université de Melbourne principalement au regard de son classement. Elle est en effet classée dans le top 10 des université de Droit au niveau mondial et à la première place au niveau national. Le corps professoral est exceptionnel, les cours sont dispensés par des intervenants venant du monde entier et qui ont des profils divers (professeurs, avocats, juristes, magistrats, …). J’ai aussi été attirée par la réputation de la ville de Melbourne comme étant la plus agréable à vivre au monde.

> Quel programme suivez-vous en ce moment ?

Je suis le programme du LL.M ou Master of Laws. L’atout majeur de ce programme est la possibilité de le personnaliser et de l’adapter à ses propres besoins. C’est un « master à la carte » qui permet de choisir huit matières parmi un très large éventail qui comprend tous les pans du Droit.

> Y a-t’il beaucoup de soutien pour les étudiants internationaux ?

Si vous avez besoin de soutien, l’Université de Melbourne a mis en place de nombreux moyens pour aider les étudiants. Le plus important pour les étudiants internationaux est la mise en place de sessions de tutorat qui visent à les familiariser avec les outils de recherche et les modalités d’examen. Surtout il est possible de recourir aux services de soutien pour obtenir un retour sur les projets de mémoire avant de les soumettre.

> Les examens sont-ils difficiles ?

Il y a deux grands types d’examens : les research papers (mémoires, délai de deux mois environ) et les take-home exams (examen à la maison, du vendredi au lundi). Selon les matières, l’étudiant pourra ou non choisir la modalité d’examen qui lui convient le mieux. Les examens sont assez exigeants. Pour ma part, je n’ai jusque là fait que des mémoires et je dirais que les professeurs notent correctement dès lors que l’étudiant fait un effort satisfaisant de recherches et développe en outre un point de vue personnel et critique du sujet.

> Qu’est-ce que vous aimez à Melbourne ?

Ce que j’apprécie le plus à Melbourne c’est la ville en elle-même. Il y a le centre-ville (CBD) qui est bien plus qu’un centre d’affaires et les quartiers environnants qui ont chacun leur identité propre (par exemple, Fitzroy avec le street art ou encore St Kilda avec la plage). Chaque jour je découvre de nouvelles choses à voir ou à faire à Melbourne. C’est vraiment une ville très agréable à vivre et elle mérite tout à fait son titre de « most liveable city in the world » pour la sixième année consécutive !

> Et ce que vous aimez moins ?

Ce que j’apprécie le moins à Melbourne, c’est le coût de la vie. Le prix de la nourriture en général, des activités (restaurants, bars, cinémas) et du loyer sont élevés. Ça ne l’est pas tant si on compare avec le salaire d’un Australien, mais en étant étudiant, il est impossible – et interdit – de travailler à temps plein.

> Avez-vous eu des moments difficiles ?

Je n’ai pas vraiment éprouvé de moments difficiles. Grâce à la semaine d’orientation organisée par l’Université de Melbourne et à la cohésion entre les étudiants internationaux, la transition entre la France et l’Australie s’est faite facilement. Trouver un logement a été facile et rapide, j’ai également rapidement trouvé du travail et les formalités nécessaires à accomplir sont très simples à effectuer ici. Côté études en revanche, le LL.M est un diplôme exigeant et j’ai vécu des moments de stress à chaque examen. Bien sûr il y a le fait de devoir écrire en anglais juridique, mais c’est surtout la masse importante de travail que les examens requièrent qui peut être difficile à gérer si l’on souhaite à côté travailler et aménager son temps pour voyager.

> Avez-vous trouvé un job sur place ?

J’ai trouvé un job sur place en tant que tuteur de français sous le statut de « self-contractor ». C’est vraiment intéressant de pouvoir échanger quotidiennement avec des Australiens de tous âges sur la culture française et les différences qui existent entre la France et l’Australie. Je ne pensais pas avoir beaucoup de clients, mais en réalité beaucoup d’Australiens étudient le français à l’école et sont fascinés par la France.

> Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent partir ?

Le seul conseil que je peux donner est de bien se préparer à l’avance. Cela veut dire savoir exactement ce que l’on souhaite étudier et dans quelles conditions, mais cela veut surtout dire se renseigner sur tout ce qui peut être un obstacle à l’arrivée : banque, téléphone, logement, carte de transport ou moyen de transport, etc. Bien se préparer en amont permet d’avoir l’esprit tranquille en arrivant et de profiter dès les premiers jours de Melbourne.

> Qu’as-tu pensé des services de Francaustralia ?

Je conseillerais à toute personne qui souhaiterait partir étudier en Australie d’avoir recours aux services de Francaustralia.

Tout d’abord, la gestion du dossier de candidature par vos services a été rapide et efficace. Le bureau de Paris a fait traduire mes diplômes par un traducteur agrée NAATI. Il faut souligner que le prix de la traduction est inclus dans le prix payé pour les services de Fraucaustralia et donc que la traduction est faite à prix plus que raisonnable, si ce n’est imbattable. Au-delà de la traduction, une fois les dossiers constitués, Francaustralia s’est occupée pour moi de leur transmission en bonne et due forme aux universités. Ensuite, j’ai été très satisfaite de la disponibilité et de la compétence des membres de Francaustralia. Grâce aux conseils d’Anne-Sophie, j’ai pu cibler les universités qui m’intéressaient au lieu de perdre mon temps (et mon argent) à postuler à une dizaine d’entre elles. Enfin, il y a une vraie aide qui se poursuit même après l’arrivée en Australie.

 

Télécharger le pdf de ce témoignage ici et retrouvez aussi un témoignage vidéo de Laura sur ce lien 

laura-a-llm-umellaura-a-llm-umel-2

 

 

 

 

 

Venez rencontrer Francaustralia aux 24h de l’orientation à Paris le 3 décembre prochain !

Nous serons présents au salon International & Séjours Linguistiques organisé par Digischool le samedi 3 décembre prochain à Paris de 10h à 17h. Le salon aura lieu dans la salle Eurosites Georges V, 28 avenue Georges V dans le 8e arrondissement.

Si vous souhaitez nous rencontrer et en savoir plus sur les études en Australie, sachez que vous pouvez d’ores et déjà faire une pré-inscription VIP en cliquant sur ce lien. Attention, les places sont limitées !

Zoom sur le nouveau Master of Legal Studies à Deakin University

La faculté de Droit de Deakin University (Melbourne) lance un nouveau Master accessible aux étudiants internationaux : le Master of Legal Studies.

Ce Master en deux ans propose les spécialisations suivantes : Law and Human Resources, Law and Humanitarian Assistance, Law and Public Health, Law and International Relations et Research.

Accessible aux personnes titulaires d’une Licence (peu importe le domaine), il a été pensé et créé pour les personnes souhaitant développer des compétences spécialisées dans le domaine juridique en n’ayant pas forcément faire d’études de droit auparavant.

Frais de scolarité annuels : AU$33 280 (23 237€)

Pour plus d’informations n’hésitez pas à nous contacter par mail ou téléphone ou à prendre rendez-vous à Paris ou Brisbane avec une conseillère Francaustralia.

contact@francaustralia.com / 01 43 38 86 95

Bachelor Cyber Security at Deakin University, Melbourne

Bachelor of Cybery Security at Melbourne, Deakin University: Un cursus pour l’avenir

Le monde numérique est au cœur de notre façon de vivre, de travailler, de communiquer et de mener des affaires. Maintenant plus que jamais, il est essentiel que les données et les systèmes fournissant ces services soient sauvegardés par des professionnels éthiques possédant une solide aptitude à la cyber-sécurité et des compétences techniques.

Qu’il s’agisse de rester en contact avec des amis sur les réseaux sociaux, de payer des factures en ligne ou d’utiliser de l’eau ou de l’électricité, nous dépendons de systèmes sécurisés en réseau pour garder nos informations confidentielles en toute sécurité. Les gouvernements, les militaires, les institutions financières, les hôpitaux et d’autres entreprises sont confrontés à une sophistication sans précédent des cyberattaques alors que nous observons  une pénurie de personnes ayant les compétences et les capacités nécessaires pour assurer la sécurité dans le cyberespace.

Le bachelor of Cyber-Security de Deakin University vous enseignera comment identifier, diagnostiquer, analyser et gérer les défis de la cybersécurité. L’évaluation des logiciels pour les vulnérabilités de sécurité, la conception de bases de données sécurisées, la sécurisation des systèmes d’exploitation, l’évaluation et le renforcement de la sécurité des sites Web, l’intégration des exigences de sécurité dans les nouveaux développements, la conception d’architectures de réseau sécurisées, l’évaluation des risques Et répondre aux incidents liés à la cybersécurité.

Les classes utilisent des logiciels spécialisés pour permettre la pratique de cyberattaques réelles et de scénarios de réponse. Vous aurez par conséquent la chance de réfléchir sur la nécessité de la cybersécurité dans un environnement de travail, et les différentes solutions qui pourraient s’appliquer.

En tant que diplômé de ce diplôme, vous serez admissible à une reconnaissance professionnelle auprès de l’Australian Computer Society (ACS) – l’association professionnelle australienne leader dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC). En tant que membre, vous recevrez une reconnaissance internationale pour vos compétences ainsi que les possibilités de perfectionnement professionnel, de networking et de sources d’informations.

 

Info, conditions d’éligibilité et candidature sur contact ou au 01 43 38 86 95