Quentin (University of the Sunshine Coast) : il vit à Marseille et vient de terminer son Master en alternance

Après son DUT TC, Quentin a obtenu une licence en 1 an en Australie, grâce à notre programme PIFA DUT. Découvrez ce que lui apporté son expérience, sur le plan personnel et professionnel.

Quelles études avez-vous suivies en Australie ? Et en quelle année ?
J’ai réalisé un Bachelor of Business (correspondant à un niveau Licence) avec comme spécialités la Gestion et les Ressources Humaines. Mon année d’études s’est déroulée de juin 2013, à la suite de 4 mois de cours d’anglais suivis au sein de la même université, à juin 2014.

Pourquoi aviez-vous choisi USC ? Avez-vous été satisfait de l’université et du programme suivi ?
J’ai choisi l’USC principalement pour son rapport qualité/coût. En effet, j’ai été très satisfait de la qualité d’enseignement, de l’accompagnement des étudiants, des équipements mis à disposition (bibliothèque, réfectoire, snacks, salles de travail, gymnase et autres terrains de sport), et des formats et contenus de travail. Le programme que j’ai suivi correspondait parfaitement à mes attentes pour les raisons énoncées et pour m’avoir à la fois appris des stratégies pertinentes en matières de gestion commerciale, mais aussi pour m’avoir ouvert l’esprit sur certaines problématiques que l’on peut rencontrer sur un lieu de travail et qui m’étaient inconnues jusqu’alors.

Qu’avez-vous pensé du système d’enseignement anglophone par rapport au système français ?
Comparons ce qui est comparable. Il faut savoir que je provenais d’une école universitaire française dont les coûts sont largement moindres que ceux de l’USC, qui est une véritable université et, qui plus est, de renom national. Ceci étant dit j’ai été agréablement surpris par la posture du corps enseignant. Ayant suivi une formation professionnalisante en France je me suis souvent entendu dire que je devais m’adapter à l’enseignement car de toute évidence je devrais m’adapter, un jour où l’autre, à l’environnement de travail dans lequel j’évoluerai. La posture que j’ai découverte à l’USC, en Australie, était tout autre. Leur objectif était de mettre toutes les chances de leur côté pour que l’étudiant puisse ressortir de son cursus avec les armes nécessaire pour appréhender le monde du travail que cela soit en terme de savoir, de savoir-faire ou même de savoir-être. Ainsi, l’approche qu’ils adoptent est davantage cognitive et est basée sur des recherches académiques sérieuses. Ceci afin d’identifier les pratiques les plus efficientes possible pour transmettre des connaissances avec ce que l’on connaît du fonctionnement humain.

Que faites-vous et où êtes-vous aujourd’hui ?
J’ai récemment terminé un Master en Business International que j’avais démarré à la suite de mon Bachelor en Australie. J’ai réalisé ce Master en alternance dans une entreprise qui conçoit et fabrique des machines de tri optique visant à valoriser un certain nombre de catégories de déchets. Pendant 2 ans j’ai donc été Technico-Commercial pour le compte de cette entreprise. Aujourd’hui, je suis à la recherche d’un emploi dans la région PACA ou tout autre endroit en France ou à l’étranger.

Qu’est-ce que votre expérience en Australie vous a apporté professionnellement et personnellement ?
Mon expérience en Australie m’aura apporté énormément tant sur le plan professionnel que personnel. A titre personnel, outre l’ouverture d’esprit, la tolérance et le cheminement spirituel souvent liés à ce type d’expérience, j’insisterai sur un apprentissage clé : la confiance en soi. Une telle expérience forge. Pour nuancer un peu celle que j’ai vécue, je vous précise que je partais à l’autre bout du monde seul, sans personne sur qui m’appuyer et dans le seul but de devoir me confronter à mes propres peurs. Sortir de sa zone de confort veut aussi dire élargir sa zone de confort et c’est ce que j’ai appris pendant cette année et demie passée en Australie. Des rencontres formidables avec des personnes exceptionnelles avec qui j’ai toujours contact aujourd’hui et qui m’ont apporté tant dans la construction de la personne que je suis devenue. Merci à eux. A titre professionnel, la rigueur et la discipline de travail que j’ai dû acquérir pour obtenir de très bons résultats sont aujourd’hui une grande force, utile pour toute entreprise qui souhaiterait me recruter et pour tout projet que j’entreprendrai à l’avenir.

Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Australie vous a démarqué des autres candidats pour trouver un poste ?
Lorsque j’ai postulé pour mon entreprise à mon retour d’Australie, je reste persuadé que cette expérience a été un atout indéniable. Outre l’anglais qui était requis pour le poste, tout ce qu’une telle aventure apporte a joué en ma faveur : la confiance en soi, la maturité, la responsabilité et j’en passe. Tous les recruteurs le savent et, sachez-le, qu’ils aient voyagé ou pas.

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Australie ?
Chacun a son expérience et même si quelques témoignages rassurent, vous seuls, au fond, savez ce vers quoi vous devez allez : ÉCOUTEZ VOTRE INSTINCT. Oui ça fait peur et au plus vous allez vous rapprochez de la date de départ au plus vous risquez de paniquer et le jour J pour tout vous dire j’ai failli tout arrêter tellement j’étais terrifié. A ce moment là ne réfléchissez pas trop et foncez car les bénéfices n’en seront que meilleurs !!!

Et si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Aujourd’hui je me retrouve avec un prêt assez conséquent à rembourser (près de 400€ par mois pendant 6 ans). Si j’avais l’occasion de le refaire je le referais sans hésiter. L’aide de Francaustralia a été précieuse lorsqu’il y a quelques années, j’envisageais un départ à l’autre bout du monde. Encore un grand merci pour ce que vous avez fait pour moi !

Téléchargez ce témoignage au format pdf sur ce lien.

Et retrouvez le site de Quentin sur ce lien.