Gwendoline (TAFE Western Australia) : elle travaille à Poitiers dans une agence de voyages et prépare un tour du monde

Suite à un road-trip en 2011, Gwendoline est tombée amoureuse de l’Australie Occidentale (Western Australia). Elle a donc décidé d’y retourner en 2014 pour suivre une formation professionnelle en tourisme à Perth. Aujourd’hui, elle travaille dans une agence de voyages à Poitiers et prépare un tour du monde.

>Quelles études avez-vous suivies en Australie ? Et en quelle année ?
Je suis partie une première fois en Australie en 2011 dans le cadre d’un échange universitaire entre mon université, l’université de lettres et langues de Poitiers, et l’université technologique de Sydney afin de valider ma licence Langues Etrangères Appliquées. A la suite de mes études je suis partie faire le tour de cet immense île-pays en 4X4 avec mon copain. On s’arrêtait travailler à droite à gauche dans les fermes agricoles afin de financer notre voyage.
Et la deuxième fois c’était en 2014 par votre biais pour effectuer un Advanced Diploma of Travel and Tourism à Central TAFE Western Australia. Ma Licence LEA étant trop générale j’ai voulu reprendre mes études et faire un BTS Tourisme de préférence en Australie plutôt qu’en France tellement j’avais aimé le système éducatif australien durant mon premier échange universitaire. Afin de m’aider dans les démarches administratives et mettre toutes les chances de mon côté afin d’être acceptée dans l’école de réception en Australie j’ai décidé de faire appel à vos services. La demande d’inscription auprès de Central TAFE WA et le montage du dossier se sont très bien passés grâce à votre aide et votre soutien.

> Pourquoi aviez-vous choisi le TAFE Western Australia ? Avez-vous été satisfaite de l’université et du programme suivi ?
Après un entretien téléphonique avec Anne-Sophie Morvan + divers échanges de mails, seulement 2 choix (si je me rappelle bien) correspondaient à mon projet d’études. Pendant mon périple découverte tout autour de l’Australie, l’état de l’Australie Occidentale (Western Australia) a été celui qui m’a le plus marqué. C’est le plus grand, le moins inaccessible compte tenu de ces ¾ de désert voire plus, le plus sauvage et mystérieux à mes yeux et j’ai tout simplement eu un coup de cœur pour cet état !  Je voulais également une formation basée plus sur la pratique que la théorie et Central Tafe WA était le plus approprié dans cet état.

> Pourquoi avoir choisi la ville de Perth ?
Je n’aime pas beaucoup vivre dans de grandes villes. Sydney est magnifique mais je n’ai pas aimé pleinement y vivre. Perth, moitié moins grand que Sydney, 2.5 millions d’habitants contre 4.5 millions à Sydney, était l’alternative idéale. Et comme je l’ai énoncé antérieurement Perth étant située dans le Western Australia ma région « coup de cœur » de l’Australie ça se prêtait parfaitement à mes envies.

> Qu’avez-vous pensé du système d’enseignement anglophone par rapport au système français ?
Les professeurs sont bien plus à l’écoute, accessibles, compréhensifs. On bénéficie d’une meilleure pédagogie d’enseignement car les enseignants sont aussi très impliqués dans leur travail. L’accès sur la pratique et la simulation de mise en situation en entreprise est très valorisé ainsi que la participation orale et l’échange d’idées entre les professeurs et les élèves.

> Que faites-vous et où êtes-vous aujourd’hui ?
Je suis de retour en France pour l’instant. J’exerce le métier de conseiller-voyage dans une petite agence de voyage de province dans la Vienne près de Poitiers. Cependant je prépare en amont depuis juin dernier un projet tour du monde éco-solidaire avec un départ prévu septembre prochain si tout va bien.

> Qu’est-ce que votre expérience en Australie vous a apporté professionnellement et personnellement ?
Ca m’a permis de bénéficier d’une formation adaptée pour travailler en agence de voyage ou au sein de tour opérators dès l’obtention du diplôme.
Tout voyage à l’étranger que ce soit pour découvrir le monde pour le travail ou les études est un réel dépassement de soi et un enrichissement personnel. Ça implique de s’adapter et de s’intégrer dans un pays étranger, ce qui n’est pas négligeable et quand il s’agit d’un pays anglophone si l’on se donne à fond on est sûr de revenir bilingue. Un réel plus que ça soit au niveau personnel comme professionnel de nos jours. Ca m’a permit d’élargir mes connaissances aussi grâce un autre système éducatif, une autre culture, une autre façon de penser et de vivre. Cela permet de se faire de nouveaux amis venant de partout dans le monde ce qui ajoute une pointe d’exotisme à l’expérience !

> Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Australie vous a démarqué des autres candidats pour trouver un poste ?
Oui et non car je me suis confrontée en France à la difficulté de trouver un emploi en agence de voyage bien que mon diplôme ait été validé en Australie et soit reconnu à l’international. En France les employeurs sont très exigeants et ne donnent pas leur chance à tout le monde. Ils demandent une formation BTS Tourisme + 2 ans d’expériences réussies en agence de voyage. N’ayant pas les 2 ans d’expérience requises il m’a fallu persévérer dans la recherche d’emploi. Le plus dur est de décrocher un entretien afin de convaincre l’employeur de vous laissez une chance à l’essai pour faire vos preuves. Mais personnellement je trouve que c’est un réel plus !

>Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Australie ?
C’est toujours délicat de donner des conseils car chaque projet et chaque expérience est différente. Cependant, étudier à l’étranger ne peut être qu’une expérience enrichissante, formatrice qui ouvre l’esprit et élargie nos connaissances et nos contacts. C’est également l’occasion d’être bilingue et de découvrir de nouveaux horizons alors foncez sans hésitation ! Vous n’en reviendrez que plus fort et plus fier !

> Et si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Et comment ! Je ne regrette pas du tout et le recommande vivement. Le plus dur est de franchir le premier pas, comme pour tout, mais une fois lancé ça coule de source et ce n’est que du bonheur.

Retrouvez les photos de Gwendoline et ce témoignage au format pdf ICI.