Pierre (University of Wollongong) : il vit à Singapour et travaille en tant que coordinateur de projets techniques

Pierre a suivi un Master of Project Management à University of Wollongong en 2013. Aujourd’hui, il vit à Singapour en tant que coordinateur de projets techniques pour le Club Med.

> Quelles études avez-vous suivies en Australie ? Et en quelle année ?
J’ai suivi un Master of Project Management avec Sydney Business School, la faculté de Business de UOW. Je suis arrivé en Australie en janvier 2013 et le cursus a duré 9 mois. Par la suite, j’ai profité des mois restants pour voyager et chercher du travail en Australie (sans succès).

> Pourquoi avoir choisi University of Wollongong ? Qu’avez-vous pensé de l’université et du programme suivi ?
En cherchant sur Internet et autres revues spécialisées, je me suis rendu compte que le classement de UOW était très bon. J’ai eu le choix avec des universités au centre de Melbourne et de Sydney, mais pouvoir être dans une ville plus calme et à proximité directe de la nature (montagne et mer) me tentait plus. Le coût de la vie était également plus intéressant pour moi. Et au final, depuis The Gong, on est vite à Sydney. Le cadre de l’université est vraiment unique, et la richesse d’activités permet de vivre à fond. L’équipe de UOW met beaucoup l’accent sur le bien-être de vie, à l’image de l’Australie.

> Que pensez-vous du système d’enseignement anglophone comparé au système français ?
En France je sortais d’École d’ingé, en Australie c’était un système universitaire, déjà plus libre par définition. Le planning était (ou plutôt semblait) très allégé en terme d’heures de cours. Mais le nombre de préparations, de recherches et de devoirs personnels ou en groupe, donne un rythme au final assez intense. Cela donne plus de liberté pour être curieux et chercher son rythme, tout en se challengeant. Moins de «blabla» a être assis en classe… Les enseignants, venus tous de l’industrie et de la recherche, avaient de vraies expériences à partager. Certains étaient d’une grande disponibilité, même le soir et le weekend ! La promo était également extrêmement variée en termes d’âge, de nationalité et d’expérience.

> Que faites-vous et où travaillez-vous aujourd’hui ?
Aujourd’hui, et depuis 2 ans déjà, j’habite à Singapour. D’abord en VIE et maintenant en CDI, je suis coordinateur de projets techniques pour le Club Med sur la région Sud Est Asie Pacifique (des Maldives au Japon). J’assiste les Opérations sur des sujets de maintenance dans nos hôtels existants, et participe aux projets de construction et rénovation. De la gestion de projet donc, avec des forts sujets multiculturels.

> Qu’est-ce que votre expérience en Australie vous a apporté d’un point de vue professionnel et personnel ?
Professionnellement, ce Master m’a permis de renforcer mon anglais «business» et mes compétences en gestion de projets, ce qui me manquait avant.
Personnellement, une plus grande flexibilité à comprendre les différences de cultures, certaines nuances semblent maintenant plus visibles. Peut-être également une approche différente de l’équilibre entre travail et vie perso.

> Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Australie vous a démarqué des autres candidats pour trouver un emploi ?
Clairement. Un niveau d’anglais professionnel beaucoup plus marqué, une preuve de vouloir voyager et vivre à l’étranger. UOW m’a permis également de beaucoup m’impliquer dans une vie sociale (^programme des étudiants internationaux pour organiser des visites et encadrer des excursions, etc.), ce qui est toujours un plus face à un recruteur. De plus, j’étais relativement jeune par rapport au reste de la promo, ce qui me donne une différence par rapport aux autres candidats de mon âge.

> Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Australie ?
Allez-y. Ne pas regarder uniquement la partie voyage, mais bien ce que les études vous apporteront sur le court et le long terme par rapport au marché du travail. Certains masters post-grad sont plus intéressants après avoir un peu d’expérience, car les discussions sont très concrètes, avec beaucoup d’études de cas. Pourquoi ne pas prendre un premier poste avant de partir ? Financièrement, c’est un pays cher, similaire à la France, mais il est possible d’avoir accès à des aides, si on s’y prend assez tôt. Enfin, en étudiant pendant 2 ans minimum vous pouvez prétendre au Post Study Work Visa et rester travailler en Australie après vos études.

> Et si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Oui, sans hésiter. Et je pense que dans quelques années j’aurai besoin de qualifications supplémentaires pour rester intéressant sur le marché du travail. C’est avec plaisir que je retournerai Down Under…

> Un dernier mot ?
Merci encore à l’équipe de Francaustralia pour avoir permis cette expérience, des recherches jusqu’au départ  !

Retrouvez le témoignage de Pierre agrémenté de photos au format pdf en cliquant sur ce lien.