Retrouvez les bourses universitaires de Griffith University pour la rentrée 2019

Griffith University est l’une des universités les plus connues de la Gold Coast regroupant plus de 20000 étudiants sur ses 5 campus.

Pour des frais de scolarité abordables (en comparaison aux autres universités australiennes), une reconnaissance internationale, des campus suréquipés ainsi que de nombreux services aux étudiants; Griffith est très appréciée des étudiants internationaux par sa notoriété mais aussi ses similarités au système français en terme d’organisation des cours.

Pour 2019, Griffith annonce de nouvelles bourses universitaires pour tous les étudiants internationaux souhaitant s’inscrire dans l’un des programmes de l’université.

Pour découvrir l’ensemble des bourses et retrouver les modalités d’acceptation de celles-ci, cliquez ici.

Pour toutes demandes d’informations complémentaires n’hésitez pas à nous contacter !

 

 

Damien (Griffith University) : le bilan trois ans après son Study Abroad sur la Gold Coast

En 2014, Damien est parti étudier pendant une année sur la Gold Coast dans le cadre du programme Study Abroad de Griffith University. Il est aujourd’hui étudiant en Master 2 à Paris. Voici son témoignage !

> Hello Damien ! Vous êtes parti étudier pendant une année sur le campus de la Gold Coast de Griffith University en 2014. Pourquoi avoir fait ce choix ?

L’opportunité d’étudier à l’étranger pendant un an n’est pas donnée à tout le monde, je voulais profiter au maximum de cette chance et voyager dans un pays ou je n’aurai peut-être pas la chance de retourner. Mon choix était donc réduit à L’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Argentine. J’ai donc pris en compte d’autres considérations comme le classement de l’université, le coût de la vie et les possibilités sportives. Pratiquant le surf depuis maintenant 7 ans, je savais que l’Australie et plus précisément la Gold Coast accueillait plusieurs étapes du circuit pro. Après quelques recherches sur internet j’ai pu comparer les différentes universités australiennes et de par sa réputation et son placement géographique (10min en tram de plage) la Griffith University de Gold Coast m’a convaincu.

> A quoi vous attendiez-vous en partant étudier en Australie ?

Honnêtement je ne savais pas à quoi m’attendre. En Europe on a une vision assez « cliché » de l’Australie pleine de surfeurs blonds, de hippies vivant pieds nus et jouant de la guitare, presque à une autre époque. Cette vision est partiellement correcte dans certaines petites villes proches de la Gold Coast. Cependant j’ai découvert un pays très moderne n’ayant rien à envier à ses collègues européens.

> Quels cours avez-vous suivi sur place ? Est-ce que vous aviez beaucoup de travail personnel et en groupe à faire ?

J’ai suivi un cursus « Business » avec des matières imposées comme les mathématiques financières, le management, et le marketing. J’ai eu l’opportunité de choisir d’autres matières parmi une liste. J’ai donc pris social marketing, energy business et international management. J’ai été surpris par la pédagogie des enseignants. Contrairement au système français, le système anglo-saxon laisse une grande autonomie aux élèves et le travail se fait principalement chez soi. Les cours sont utilisés pour évoquer l’aspect théorique, poser des questions et échanger sur des thèmes d’actualités. Dans chaque matière nous avions un projet à rendre et à présenter oralement à la fin du semestre, souvent sous la forme d’un business case. Si l’on est organisé, le travail personnel est facile à gérer et on peut donc profiter pleinement de son temps libre.

> Quelques mots sur la vie sur la Gold Coast ? Quels sont les points forts et les points faibles de la ville ?

Cette partie de l’Australie ne s’appelle pas la Gold Coast pour rien. Les couchers de soleil couleur dorée, les kangourous et koalas dans les parcs et la plage font partie du quotidien. C’est pourquoi la Gold Coast est la destination de vacances favorite des Australiens. Chaque année, ils viennent par milliers des quatre coins du pays pour profiter du climat et des infrastructures (parc d’attraction, restaurants, boîtes…) propices au tourisme.
Victime de son succès, son point fort est aussi son point faible. Cette effervescence peut nuire si l’on recherche le calme et la tranquillité. Cependant la bordure de ville étant bien desservie en tram on peut aisément vivre près de la plage tout en étant au calme.

> Que faisiez-vous pendant votre temps libre ? Avez-vous pu voyager un peu en Australie ?

J’ai profité de mon temps libre pour travailler dans un restaurant situé sur un terrain de golf. J’ai fait tous les métiers possibles au sein de ce restaurant : plongeur, barman, commis de cuisine et même responsable des livraisons. En Australie, les salaires sont élevés et l’évolution fulgurante si l’on est travailleur. Avec ce que j’ai gagné, j’ai pu voyager dans de nombreuses destinations :
– En Australie : de nombreux week-ends à Byron Bay, ville presque hippie ou le surf et les animaux (dauphins, raies, tortues) en font un endroit d’exception. J’ai aussi visité Sydney pendant 10 jours ainsi que Melbourne ou j’ai suivi l’Australian Open de tennis avec des amis. Mon endroit favori reste Noosa Heads, à 2h de voiture au Nord de la Gold Coast, l’atmosphère détendue et les vagues de long board sont parfaites pour se détendre. J’ai aussi fait le tour de la Tasmanie en voiture, une des zones les plus sauvages de l’Australie. Enfin je suis allé à Fraser Island, une île encerclée par des requins et crocodiles.
– En dehors de l’Australie : J’ai traversé la Nouvelle-Zélande en un mois avec un sac et une envie de tout connaître de ce pays sauvage et isolé. Ma meilleure expérience de cette année à l’étranger.

> Que faites-vous aujourd’hui ?

Après avoir effectué une année de césure pour gagner en expérience professionnelle, je suis en dernière année d’école (Master 2). Je suis actuellement en alternance chez BPI France ou je fais du financement export. C’est une expérience très enrichissante et je compte peut-être rester au sein de cette maison.

> Qu’est-ce que vous a apporté votre expérience en Australie, notamment d’un point de vue professionnel ?

L’Australie m’a permis de gagner en autonomie, de gérer moi même les problèmes du quotidien sans aide parentale ou autre. Cela m’a aussi permis de gagner en ouverture d’esprit et de rencontrer de nombreux australiens et internationaux. D’un point de vue professionnel j’ai découvert le monde de la restauration où tout se gagne au mérite et essayer d’appliquer ce principe dans les autres expériences professionnelles depuis.

> Est-ce que vous aimeriez retourner en Australie, que ce soit pour des vacances ou pour y vivre ?

Absolument. Je sais que j’y retournerai lorsque j’aurai le temps et assez économisé car c’est un voyage qui ne s’improvise pas. Pour l’instant, le surf me pousse à découvrir d’autres destinations (Maroc, Indonésie, Portugal). Je ne sais pas encore si j’aimerais y vivre, cela dépendra des opportunités professionnelles qui s’ouvrent à moi.

> Pensez-vous que l’aide de Francaustralia a été utile pour organiser votre départ ?

Oui. Organiser un tel voyage (visa, billets d’avions, assurance…) demande du temps et de l’organisation. Francaustralia m’a permis d’économiser du temps, de trouver des tarifs réduits et de faciliter mon organisation.

> Un dernier bilan trois ans plus tard : est-ce que vous changeriez quelque chose ?

Je ne changerais absolument rien !!

Retrouvez le témoignage de Damien et ses photos d’Australie au format pdf en cliquant ici.

 

Les Commonwealth Games auront lieu sur la Gold Coast en 2018

Les jeux du Commonwealth, une compétition sportive similaire aux Jeux Olympiques, ont lieu depuis 1930 entre les nations membres du Commonwealth.

En 2018, les Commowealth Games auront lieu sur la Gold Coast, ville balnéaire située à 1h30 au sud de Brisbane, dans la région du Queensland. Ils se dérouleront du 4 au 15 avril.

De nombreuses offres d’emploi seront offertes dans la région à cette période grâce aux Games et, pour les personnes intéressées par des cursus dans les domaines du sport ou de l’événementiel, c’est l’occasion parfaite de partir étudier sur la Gold Coast !

Griffith University, qui a un superbe campus sur la Gold Coast, propose des cursus de qualité dans ces domaines, de niveau Licence et Master :

  • Sport Management – Liste des cursus possibles ici.
  • Event Management – Liste des cursus possibles ici.

De plus, Griffith a mis en place un partenariat privilégié avec le GOLDOC (comité organisateur des Jeux du Commonwealth) et proposera notamment des stage en lien avec les Games pour les étudiants de l’université. Plus d’informations ici.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez un projet d’études en Australie et besoin de conseils !

Nicolas (Griffith University) : il poursuit ses études à la Toulouse School of Economics et envisage de repartir à l’étranger

Nicolas a étudié pendant deux semestres sur le campus de Brisbane de Griffith University en 2014-2015. A son retour en France il a pu intégrer la Toulouse School of Economics grâce à son très bon niveau d’anglais et envisage de repartir à l’étranger.

> Quand êtes-vous parti en Australie et quel cursus avez-vous suivi sur place ?
Je suis parti le 5 septembre 2014 à Brisbane pour une année d’études à Griffith University. J’ai suivi les 5 premières semaines un cours d’anglais de niveau moyen, ce qui m’a permis d’accéder au pré-DEP course durant 5 autres semaines et ensuite d’intégrer le «DEP class» pour les 5 dernières semaines (qui constitue la préparation intégrée pour pouvoir étudier à l’université en ayant le niveau de langue requis ainsi que les compétences uniques et la méthode de travail qu’il faut acquérir dans les universités du monde anglo-saxon).

> Pourquoi l’Australie, pourquoi Brisbane et pourquoi Griffith University ?
L’Australie principalement car ce pays représentait un rêve d’enfance pour moi, et Brisbane car, étant la 3ème ville d’Australie en terme de population, me semblait être un bon compromis entre une ville dynamique et une mégalopole mondiale (Sydney ou Melbourne). Il s’est avéré que le choix de la ville a été la première grande satisfaction. En effet, pour avoir visité Sydney et Melbourne par la suite, je recommande à tout le monde la qualité de vie de Brisbane, ainsi que l’atmosphère spécial qui y règne. C’est bien plus atypique et représentatif de la vie à l’australienne selon moi. Griffith est une université unique au cœur d’une nature sauvage, un endroit privilégié pour étudier dans une sérénité et un calme incroyable.

> Qu’avez-vous pensé des cours suivis et de l’enseignement à Griffith University ?
Les cours, que ce soit de langue anglaise ou bien les cours spécialisés durant le cursus d’étudiant, ont été très enrichissants et les professeurs d’une aide et d’une gentillesse incomparable. Les professeurs sont très compétents, toujours là pour vous aider et pour vous tirer vers le haut.

> Qu’en est-il de l’accompagnement aux étudiants étrangers et des services offerts par l’université ?
Les professeurs feront bien plus que leur métier de professeur et aident les étudiants étrangers dans leur vie en Australie. Si l’on rencontre une quelconque difficulté, il est possible de leur parler et ces professeurs seront là pour nous aider. De plus, les universités australiennes, dont Griffith bien sûr, sont quasiment des villes où tout les services ou presque sont disponibles (restaurants, bibliothèque, coiffeur, agence de voyage). Donc cela est très pratique et le sentiment qui prédomine est que tout est fait pour que les étudiants soient à l’aise dans leur vie à l’université.

> Quel a été la suite de votre parcours ? Que faites-vous aujourd’hui ?
À la suite de mon année en Australie, j’ai intégré la Toulouse School of Economics qui nécessitait un niveau d’anglais très exigeant. C’est pourquoi le niveau d’anglais acquis en Australie a été un réel avantage pour moi et m’a permis de valider mon année avec succès. Aujourd’hui j’ai intégré l’IAE de Toulouse, une école publique de management, où la dimension internationale est encore plus présente. Mon prochain objectif est de partir dans un pays hispanique l’année prochaine, pour me perfectionner en espagnol. Cela est devenu possible grâce à l’ouverture d’esprit que m’a également permise mon aventure en Australie.

> Avez-vous des conseils à donner à ceux qui voudraient aussi partir en Australie ?
Peut-être prévoir son logement avant le départ, un logement fixe et non backpackers, car la gestion des cours en vivant en auberge de jeunesse est assez compliquée.
Autrement, je conseillerais Brisbane. Même si cela reste un avis personnel, je pense que la vie y est vraiment plus qualitative que dans les grandes villes plus connues de ce pays.

> Un petit mot sur Francaustralia ? Quel est l’utilité de nos services à votre avis ?
Francaustralia m’a permis, surtout durant les premiers mois, de pouvoir trouver un appartement, faire les démarches pour le visa, l’université. En outre, les filles du bureau de Brisbane étaient à notre disposition et très généreuses en nous accueillant dans le bureau de la Mary Street où nous pouvions même profiter de la wifi pour régler certaines urgences. Sans oublier l’aide précieuse d’Anne-Sophie préalablement à mon départ pour les relations avec l’université Griffith sur place. Un grand merci à elles, à leur compétence, générosité et tous mes encouragements pour la suite. En espérant un jour, pouvoir retourner à Brisbane leur faire un coucou et leur raconter le chemin parcouru depuis !

Retrouvez le témoignage de Nicolas et ses photos d’Australie au format pdf à ce lien.

 

 

Marie-Vincent (Griffith University) : elle travaille à la Défense dans une société de gestions d’actifs américaine

Dans le cadre de sa formation à PSB (ex-ESG) Marie-Vincent a validé un double diplôme avec Griffith University. Son expérience lui permet aujourd’hui de travailler à l’international.

Quelles études avez-vous suivies en Australie ? Et en quelle année ?
J’ai intégré le Bachelor of International Business à Griffith University de juillet 2009 à juillet 2010. Le premier semestre sur le campus de Brisbane et le second sur le campus de la Gold Coast, histoire de varier les plaisirs.

Pourquoi aviez-vous choisi Griffith University ? Avez-vous été satisfaite de l’université et du programme suivi ?
L’idée était de vivre une expérience hors du commun, plus qu’une année d’échange universitaire, je souhaitais vivre une expérience de vie et me mettre un peu au défi de vivre aussi loin aussi longtemps. Les Etats-Unis étant devenus une destination très prisée des Erasmus, je me disais que l’Australie changerait et me permettrait de sortir un peu du lot des candidats au moment de ma recherche d’emplois. Par ailleurs, l’accompagnement de Francaustralia dans le cadre des démarches administratives était très appréciable. Enfin, le programme International Business de Griffith University est très complet. Cependant il faut garder à l’esprit que cela reste encore généraliste (finance, comptabilité, marketing, management etc.), l’idée étant d’avoir une vision globale des challenges liés aux différents départements d’une organisation  internationale dans un contexte en pleine mutation. Le campus des universités australiennes est similaire à celui des US, le soleil en plus 😉

Qu’avez-vous pensé du système d’enseignement anglophone par rapport au système français ?
L’accent est vraiment donné sur les travaux collectifs, ce qui est une véritable force. Force est de constater qu’une fois dans le milieu de l’entreprise, les missions individuelles sont rares, la capacité à travailler en équipe sur un projet ou à réfléchir  en groupe sur une thématique complexe est donc cruciale. J’ai trouvé que le système anglophone est plus orienté pratique que théorie même si la tendance tend à s’estomper. Par ailleurs, je trouve que les espaces de « vie commune » sont mieux équipés dans les universités anglophones.

Que faites-vous aujourd’hui ?
Depuis août 2015, j’occupe le rôle de Responsable Business Implementation dans une société de gestion d’actifs américaine, State Street Global Advisors France, dans le centre d’affaires de La Défense. En bref, c’est une fonction de coordination d’équipes et de gestion de projet. Cela va sans dire que la pratique quotidienne de l’anglais est indispensable.

 Pourquoi avez-vous choisi de rentrer en France ?
L’ESG Management School proposait d’effectuer la 3e année d’études au sein d’une Université partenaire. Néanmoins, la 4e et la 5e année devaient être effectuées au sein de l’établissement à Paris. Je suis donc rentrée afin de terminer mes études.

Qu’est-ce que votre expérience en Australie vous a apporté professionnellement et personnellement ?
Professionnellement, cela m’a permis de développer certaines compétences linguistiques et comportementales : capacité à évoluer au sein d’un environnement multiculturel et aussi la capacité de s’adapter rapidement au changement ou tout du moins, de moins l’appréhender.
D’un point de vue personnel, je pense qu’il est indispensable aujourd’hui d’effectuer dans le cadre de ses études (mais pas seulement) des séjours à l’étranger.
Je pense que pour les personnes de ma génération et les suivantes, le monde parait certainement plus « petit » avec le digital (essor des réseaux sociaux), les longues heures de vol ne nous effraient plus. Alors pourquoi rester « tranquillement » ici alors que nous pourrions découvrir d’autres cultures, d’autres pays, d’autres modes de vie et de réflexion ? Je pense que nous sommes désormais très connectés avec des personnes à l’autre bout de la planète et que les twitter et autres Facebook ont désormais réduits les kilomètres entre nous. Ce type d’expérience m’a permis de sortir de ma zone de confort, loin de mes proches et ma vie parisienne, il a fallu m’intégrer, me créer une nouvelle routine.

Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Australie vous a démarquée des autres candidats pour trouver un poste ?
Oui, comme je le disais, l’Australie est une destination lointaine, qui séduit et qui suscite de l’intérêt chez les recruteurs et/ou futurs collègues.

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Australie ?
Je pense que je vais me limiter à deux conseils.
Conseil numéro 1 : Profitez pleinement de votre expérience, à savoir de la vie étudiante/campus en vous inscrivant à des associations, c’est encore le meilleur moyen de vous intégrer sur le campus et de perfectionner votre anglais. L’Australie est un pays de voyageurs, alors surtout foncez à la découverte de cette fabuleuse île : en organisant un road trip (entre amis, en famille, en amoureux ou encore avec des Backpackers). Vous ne serez pas déçus de ce que vous y découvriez !
Conseil numéro 2 : Soyez indulgents avec vous-même, avoir le mal du pays n’est pas anormal surtout à l’approches des fêtes de fin d’années par exemple. 8/9h de décalage horaire, ce n’est pas rien, donc avoir le sentiment d’être déconnecté de vos proches à Paris n’aura rien de surprenant.
Il faut véritablement se laisser le temps de s’adapter (je ne parle pas seulement du jet lag !) et de s’acclimater.

Qu’avez-vous pensé des services offerts par Francaustralia ?
Ce type d’organisme permet de faciliter grandement les démarches administratives. Je pense que c’est un très bon mécanisme offert aux étudiants afin de bénéficier d’un accompagnement en amont de leur projet de séjour à l’étranger. Ils peuvent solliciter les équipes de Francaustralia pour toutes demandes d’informations, de remarques ou juste partager ces doutes. Les interlocuteurs de Francaustralia étaient dynamiques, réactifs et à l’écoute, je recommande donc vivement de s’appuyer sur eux.

Si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Of course !!! D’ailleurs State Street Global Advisors dispose d’un bureau à Sydney.☺

Retrouvez les photos de Marie-Vincent et ce témoignage au format pdf ici.

Sciences de la Mer : choisissez Griffith University à Brisbane et Gold Coast

Griffith University, qui a plusieurs campus à Brisbane et sur la Gold Coast, est idéalement située pour les personnes souhaitant faire des études dans le domaine des sciences de la mer. Griffith propose plusieurs cursus dans ce domaine, de niveaux Bachelor au Master.

Le Bachelor of Marine Science est un cursus interdisciplinaire, englobant biologie, chimie et sciences physiques. En 2e et 3e année de Bachelor, les étudiants choisissent une spécialisation : coastal physical science, coastal resources management, marine chemical sciences, ou encore marine ecology.

Les étudiants ont la chance de pouvoir appliquer leur enseignement théorique sur le terrain grâce à des excursions organisées pour découvrir les fonds marins australiens.

Voici une vidéo d’étudiants en Marine Science de Griffith en excursion à Heron Island, une île située en plein cœur de la Grande Barrière de Corail.

Témoignage d’Antonin (Griffith University) : Post Graduate Certificate in Screen Production

Nous avons interviewé Antonin, qui a fait appel à nos services et est parti à Brisbane suivre un Post Graduate Certificate in Screen Production à Griffith University entre février et juin 2016.

> Sur quels critères as-tu choisi Griffith University ?

J’ai choisi Griffith parce qu’elle se situe à Brisbane et que c’est une ville qui m’attirait par son atmosphère ainsi que sa situation géographiqu. Mais Griffith m’a principalement convaincu car les programmes qu’elle propose sont basés sur la préparation à la vie professionnelle.

> Quel programme suis-tu en ce moment ?

J’ai suivi le Post Graduate Certificate in Screen Production de janvier à début juin, ce programme prépare au Master et initie à 3 secteurs de l’audiovisuel : l’écriture de scénario, la production (au sens administratif et économique du terme) ainsi qu’à la production de courts métrages (3 vidéos de 1 à 5 minutes à réaliser en groupe au court du semestre). Le point fort de ce programme est l’apprentissage pratique que l’on y acquiert en organisant les tournages et en travaillant avec une équipe d’une dizaine d’étudiants.

> Qu’apprécies-tu en Australie ?

J’apprécie la façon de vivre et la façon de faire qui est diamétralement opposée à celle de la France. Le sens pratique des Australiens est vraiment appréciable, c’est un pays qui bouge et où il y a plein d’opportunités.

> Et qu’est-ce que tu apprécies moins ?

Le coût de la vie reste élevé et le sens pratique remplace parfois le sens moral, ce qui peut me déranger par moments.

> Quels ont été tes moments difficiles ?

Je n’ai pas connu beaucoup de moment difficiles jusqu’à présent, je reste très connecté à mes proches en France via Skype et Whatsapp. Il y a cependant des périodes (variant entre un jour et une semaine) où je perds mon anglais et où par conséquent la communication devient assez compliquée avec les autres étudiants/professeurs, mais ils restent compréhensifs et ça finit toujours par revenir.

> As-tu trouvé un job sur place ?

J’ai trouvé un petit job 2 mois après mon arrivée (distribution de flyers) mais le travail était mal payé et les gérants du business n’étaient pas très honnêtes, j’ai donc arrêté après 1 mois et demi. Je pense me remettre à chercher un travail dans la restauration d’ici peu, domaine dans lequel il est plus facile de trouver et qui paye bien.

> Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui souhaite partir ?

Les seuls conseils qui me viennent en tête sont de ne pas paniquer à la vue de partir loin et de s’assurer quelques économies en cas d’imprévus.

Temoignage Antonin Griffith

Réorientation en master, c’est possible en Australie!

Nombreux sont les étudiants désireux de changer de voie après l’obtention de leur licence!

Si cela est difficilement faisable voire impossible en France, la réorientation est tout à fait envisageable en Australie. Les programmes étant flexibles, ils permettent aux étudiants issus d’une filière quelconque, d’accéder à un domaine spécifique en intégrant l’apprentissage des bases au cursus.

À titre d’exemple, Griffith University située dans le Queensland, propose des masters de réorientation dans de nombreux domaines tels que : Gestion des services de santé, Journalisme, Enseignement, Études de l’autisme, Aviation, Commerce, Design, Environnement et Urbanisme, Finance, Ressources Humaines, Systèmes informatiques, Média, Relations internationales, Marketing, Musique, Comptabilité, Santé publique.

Après avoir suivi un « *Graduate Certificate* » lui permettant de se remettre à niveau dans la spécialité choisie, l’étudiant intègrera le master de son choix.

Ces masters sont ouverts à tous les licenciés! L’avantage de ce type de masters est que l’étudiant acquiert une double compétence en se spécialisant dans un domaine différent que celui de sa licence. C’est une ligne valorisante sur son CV grâce à laquelle il sera mieux apprécié des employeurs et il se démarquera sur le marché du travail. En France, certains étudiants sont contraints de poursuivre leurs études dans le domaine entamé même après s’être rendus compte de leur erreur de parcours.

En Australie, l’approche est différente! Il y a toujours la possibilité de se réorienter et de poursuivre ses études dans des domaines complètement différents.

*Graduate Certificate* : nécessite entre six mois et un an d’études à temps plein et est considéré comme le 1er semestre du Master. Il permet d’approfondir un domaine d’études particulier qui n’est pas traité en Bachelor. Il s’adresse aux professionnels ou étudiants qui souhaitent acquérir des compétences spécifiques.

Visionnez l’interview de Studyrama avec Anne-Sophie, une de nos conseillères, en cliquant ici.