Réorientation en master, c’est possible en Australie!

Nombreux sont les étudiants désireux de changer de voie après l’obtention de leur licence!

Si cela est difficilement faisable voire impossible en France, la réorientation est tout à fait envisageable en Australie. Les programmes étant flexibles, ils permettent aux étudiants issus d’une filière quelconque, d’accéder à un domaine spécifique en intégrant l’apprentissage des bases au cursus.

À titre d’exemple, Griffith University située dans le Queensland, propose des masters de réorientation dans de nombreux domaines tels que : Gestion des services de santé, Journalisme, Enseignement, Études de l’autisme, Aviation, Commerce, Design, Environnement et Urbanisme, Finance, Ressources Humaines, Systèmes informatiques, Média, Relations internationales, Marketing, Musique, Comptabilité, Santé publique.

Après avoir suivi un « *Graduate Certificate* » lui permettant de se remettre à niveau dans la spécialité choisie, l’étudiant intègrera le master de son choix.

Ces masters sont ouverts à tous les licenciés! L’avantage de ce type de masters est que l’étudiant acquiert une double compétence en se spécialisant dans un domaine différent que celui de sa licence. C’est une ligne valorisante sur son CV grâce à laquelle il sera mieux apprécié des employeurs et il se démarquera sur le marché du travail. En France, certains étudiants sont contraints de poursuivre leurs études dans le domaine entamé même après s’être rendus compte de leur erreur de parcours.

En Australie, l’approche est différente! Il y a toujours la possibilité de se réorienter et de poursuivre ses études dans des domaines complètement différents.

*Graduate Certificate* : nécessite entre six mois et un an d’études à temps plein et est considéré comme le 1er semestre du Master. Il permet d’approfondir un domaine d’études particulier qui n’est pas traité en Bachelor. Il s’adresse aux professionnels ou étudiants qui souhaitent acquérir des compétences spécifiques.

Visionnez l’interview de Studyrama avec Anne-Sophie, une de nos conseillères, en cliquant ici.