Articles

Margaux (Monash University à Kuala Lumpur) : elle vit à Bangkok et est consultante en business development

Margaux a passé 2 semestres à Monash University, sur le campus de Kuala Lumpur en Malaisie. Après ses études, elle a poursuivi sa carrière en Asie.

Quelles études avez-vous suivies en Malaisie ? Et en quelle année ?
J’ai été étudiante en business à Monash pendant deux semestres de juillet 2013 à juin 2014.

Pourquoi aviez-vous choisi Monash University ? Avez-vous été satisfaite de l’université et du programme suivi ?
J’ai choisi Monash University de part sa réputation académique ainsi que sa localisation géographique. En effet, je voulais étudier en Asie dans une université prestigieuse. Les cours m’ont satisfaite, mon seul regret est de ne pas avoir pu les choisir comme mon école s’étaient chargée de les déterminer à ma place.

Qu’avez-vous pensé du système d’enseignement anglophone par rapport au système français ?
Le système est assez différent et donne une autre approche d’apprentissage et de compréhension du contenu du cours. Les élèves sont beaucoup plus voués à eux-mêmes comparé au système des business schools françaises. Je pense qu’avoir une autre expérience est très enrichissant.

Que faites-vous aujourd’hui ?
Aujourd’hui je m’occupe du Business Development pour le marché thaïlandais pour DRVR, une start up créée par des australiens, le CEO a été à Monash University, Clayton. C’est une entreprise SaaS très intéressante et innovante qui est basée sur l’IoT et le Big Data Analytics pour tout ce qui concerne le fleet management en Asie du Sud-Est, nous avons des bureaux à Bangkok et Yangon. Nous avons été élus meilleure start up 2015 en Thaïlande par Google.

Pourquoi avez-vous choisi de vivre à Bangkok ?
Après Monash University, j’ai effectué un semestre d’échange à Yonsei University, Séoul, lors de mon Master 1. Par conséquent mon CV était devenu assez asiatique donc j’ai décidé de continuer mes expériences en Asie du Sud-Est et de me diriger vers Bangkok. J’ai effectué un stage de 6 mois chez Rabbit Internet qui a été créée par des anciens de Rocket Internet et qui reprend le même business model.

Qu’est-ce que votre expérience en Malaisie vous a apporté professionnellement et personnellement ?
Je dirais que mon expérience en Malaisie a été extrêmement enrichissante tant au niveau personnel que professionnel. En effet cela m’a permis de voyager pendant 4 mois en sac à dos en Asie du Sud-Est entre les deux semestres et de mieux comprendre le continent. J’ai rencontré des personnes incroyables qui viennent des quatre coins de la planète et je suis même retournée 3 fois en Malaisie suivant l’année de mon départ. Je pense que sans Monash University sur mon CV je n’en serais pas là où je suis actuellement, cette université est très réputée et m’a ouvert de nombreuses portes.

Selon vous, est-ce que le fait d’avoir étudié en Asie vous a démarquée des autres candidats pour trouver un poste ?
Je suis certaine que le fait d’avoir étudier en Asie m’a aidée à me démarquer des autres candidats. Je pense que cela montre de plus grandes qualités d’adaptation et d’autonomie que d’avoir eu une expérience en Europe, États-Unis ou Australie par exemple. La culture n’est pas du tout la même, tout est beaucoup plus stimulant et intéressant.

Avez-vous des conseils à donner aux étudiants français qui souhaiteraient partir étudier en Asie ?
S’ils veulent que leur expérience en Asie ait vraiment un sens, je pense qu’effectuer qu’un échange n’est pas suffisant. Il faut consolider par un stage ou un échange long pour que l’expérience soit significative et qu’ils se démarquent des autres candidats. Par ailleurs, bien connaître la région de part les voyages est aussi un énorme atout.

Et si c’était à refaire, le referiez-vous ?
Je le referai sans hésiter une seule seconde.

Téléchargez ce témoignage au format pdf sur ce lien.

 

margaux-audetmargaux-audet2

Katia (Macquarie University) : elle a obtenu la nationalité australienne et est enseignante à Sydney

Francaustralia Education existe aujourd’hui depuis environ 14 ans. Au cours de ces années, certains étudiants ont connu des parcours extraordinaires. Parmi eux, Katia, partie en 2006 faire un Master en interprétation et traduction à Macquarie University (Sydney). Aujourd’hui, Katia a accompli le rêve de beaucoup d’entre nous, à savoir obtenir la nationalité australienne.
Avec le recul, Katia et ses parents ont accepté de témoigner d’une part de leur expérience avec Francaustralia et d’autre part du parcours de Katia.

Un témoignage croisé qui va faire des envieux!

Success story In Australia - KatiaTémoignage téléchargeable en cliquant sur la photo ci-dessus

Témoignage de Marie (University of Technology Sydney) : Bachelor of Arts in Communication and Cultural Studies

Témoignage de Marie, Bachelor of Arts in  Communication (Cultural Studies) à University of Technology of Sydney en 2014.

> Sur quels critères as-tu choisi UTS ?

Université urbaine et récente avec des infrastructures vraiment top. Elle propose pleins d’activités, de clubs et de loisirs. En terme de localisation on a absolument accès à tout (transports, loisirs, magasins etc.).  Au niveau de la réputation, c’est l’aspect moderne qui m’a attirée avec une pédagogie basée sur la créativité et la pratique.

> Quel programme suis-tu en ce moment ?

Le Bachelor of Arts in Communication and Cultural Studies.

> Que penses-tu des cours suivis ?

Je pense que ma formation est utile et adaptée aux étudiants qui veulent travailler dans le domaine et se tenir prêt à répondre aux attentes des entreprises. En communication nos profs ont tous une solide expérience dans le milieu ce qui leur permet de répondre à nos questions. C’est un cursus général qui me plait beaucoup, ça me permettra de travailler aussi bien dans le milieu journalistique que dans les industries créatives. Certains cours sont difficiles mais il est très facile de trouver de l’aide auprès de l’université et du personnel enseignant.

> Qu’apprécies-tu en Australie ?

Les gens ! De nombreuses rencontres et la possibilité de se lier d’amitié aussi bien avec des australiens que d’autres étrangers. En ce qui concerne Sydney, c’est une ville sûre et j’apprécie beaucoup les plages, les concerts gratuits, les marchés etc. Elle est différente de Brisbane ou Melbourne mais elles ont toutes leur propre charme.

> Qu’est-ce qui te plaît moins ?

Le prix du logement et des produits de consommation (nourriture et vêtements). Je ne pouvais pas me passer de shopping du coup je me suis mise aux vêtements d’occasion qu’on trouve dans les braderies ou au marché de Glebe. Bien sûr ça change les habitudes mais c’est pas plus mal.

> Quels ont été tes moments difficiles ?

Pas de moments difficiles à l’arrivée, je vis dans une des résidences étudiante et l’adaptation s’est faite en douceur. J’ai connu une période de doute lors du deuxième semestre, faire ses études dans une langue étrangère n’est pas toujours facile mais c’est rassurant de voir qu’avec la persévérance les résultats sont quand même là.

> As-tu trouvé un job étudiant ?

Je reconnais que c’est assez dur de trouver du travail, mais la solution c’est de récupérer les jobs de ses amis ou leur demander un coup de main dans la mesure du possible. J’ai obtenu le RSA (Responsible service of alcohol) et je travaille comme serveuse pour une entreprise dans le secteur de l’hospitalité, ils me font travailler lors d’évènements, de mariages ou des fêtes d’entreprise et ça fonctionne par shift.

> Quels conseils donnerais-tu aux futurs étudiants ?
Partir sans avoir d’attente particulière. Débarquer avec une bonne dose de courage, de tolérance, et tout ira pour le mieux.

 

Marie UTS